À Madagascar : favoriser l'éducation des enfants en temps de crise sanitaire

Alors qu’une seconde vague épidémique se propage actuellement à Madagascar et que le gouvernement écarte pour l’instant la possibilité d’un reconfinement de la population, nos partenaires sur place et leurs équipes de travailleurs sociaux reviennent sur les conséquences de la l’épidémie de Covid-19 sur la population et sur leurs actions pour favoriser l’éducation des enfants vulnérables en temps de crise sanitaire.

Favoriser l’éducation des enfants malgaches pendant la crise sanitaire

Dans le Nord-Ouest de Madagascar

"Sachant que la plupart des enfants n'ont pas accès à internet, nous avons dû trouver des moyens pour poursuivre leur apprentissage"

"L’année scolaire à Madagascar a commencé le 5 octobre dernier. Malgré l’épidémie de Covid-19 qui circule encore dans tout le pays, nous avons pu mener à terme le premier trimestre de cette année scolaire. Au sein du village d’Analalava, situé dans le Nord-Ouest du pays, nous n’avons pour l’heure aucun cas de Covid-19. Nous avons pris assez tôt la mesure de l’épidémie et nous avons respecté les gestes barrières tout au long de l’année. Aujourd’hui, nous ne sommes plus confinés mais nous respectons toujours les mesures barrières."

"Le gouvernement a souhaité améliorer l’accès à l’éducation dans le pays, en distribuant des « kits scolaires » dans les écoles (contenant un dictionnaire, une tablette, des cahiers et un cartable), de nombreux élèves n’en ont pas encore bénéficié. En 2020, plus de 80% des enfants parrainés ont réussi leur année scolaire et ont accédé au niveau supérieur. Lorsque les écoles étaient fermées à cause du confinement, nous avons dû trouver des moyens pour poursuivre l’apprentissage des élèves, en prenant en compte le fait que la plupart des enfants parrainés n’ont pas accès à internet. Ainsi, les parents ou les membres de leur famille venaient une fois par semaine à l’école pour chercher les devoirs et exercices et revenaient les rendre aux enseignants une semaine plus tard. Dans la globalité, les enfants parrainés se sont montrés motivés durant cette période, même s’ils avaient hâte de revenir à l’école en présentiel." 

À Antananarivo, capitale du pays

Parrainer un enfant à Madagascar"Les enfants parrainés à Madagascar vont bien, ils ont tous été épargnés par la Covid-19. Afin d’éviter une propagation du virus au sein de nos villages d’enfants, un protocole sanitaire rigoureux a été mis en place par nos équipes sur place : à l’entrée de chaque structure, un point d’eau a été installé, avec savon, gel désinfectant etc. Chaque personne souhaitant entrer au sein de nos bâtiments doit impérativement passer par ce poste et se munir d’un masque. En cas de contamination d’un membre de notre équipe ou d’un enfant, nous avons mis à disposition un foyer afin de pouvoir isoler les malades durant plusieurs semaines."

"Pour nos équipes et les enfants parrainés, le confinement restera une période marquée par la créativité, la solidarité et le travail acharné. Durant le mois de septembre, les enfants parrainés ont pu bénéficier de cours de rattrapage afin de leur permettre d’achever le programme scolaire de l’année."

À Madagascar : les familles fragilisées par la pandémie et les catastrophes naturelles

Dans le Nord-Ouest de Madagascar 

"Beaucoup de familles doivent choisir entre la scolarisation ou l'alimentation de leur enfant"

"L’augmentation des prix due à la crise sanitaire et économie risque aussi d’avoir un impact sur la scolarisation des enfants. Beaucoup de familles ont conscience de l’importance de l’éducation pour leurs enfants, cependant elles n’ont souvent pas les moyens d’envoyer leurs enfants à l’école et doivent choisir entre la scolarisation de leurs enfants et l’alimentation de leur famille. Elles sont alors contraintes de les déscolariser, voire même de leur demander de travailler pour subvenir aux besoins de la famille."

"À la crise sanitaire en cours vient s'ajouter les catastrophes naturelles qui ravagent notre Île et continuent de réduire nos rendements agricoles, dont les récoltes ne parviennent déjà pas en temps normal à nourrir la population locale. Ces différents facteurs permettent de mieux comprendre les difficultés de nombreuses familles à subvenir aux besoins les plus essentiels de leurs enfants. À Antsohihy, nos équipes avaient effectué plusieurs distributions de denrées alimentaires en 2020 pour apporter une aide aux familles défavorisées."

"Heureusement, les enfants parrainés peuvent compter sur le soutien de leur parrain et marraine pour financer leur éducation, même en temps de crise."
 

Parrainer un enfant à Madagascar       Faire un don à l'association

Témoignages

Sarah, auparavant forcée de travailler, a retrouvé l’école grâce au parrainage international

Découvrez le quotidien de Sarah, auparavant exploitée et aujourd’hui...


Belles histoires