Myriam marraine au Burkina Faso : "Je voulais offrir à un enfant une chance d'aller à l’école"

Myriam, marraine dévouée depuis 1990 avec France Parrainages, partage avec nous le récit émouvant de sa première rencontre avec sa filleule au Burkina Faso. Entre émotions intenses et découvertes enrichissantes, découvrez cette belle histoire de parrainage, au-delà des frontières !

Myriam, devenue marraine pour soutenir une petite fille Burkina Faso 

"Je m’appelle Myriam et je suis marraine à l’international depuis de nombreuses années. Lorsque j’étais étudiante, je m'étais promis de parrainer un enfant à l’international dès que je le pourrais. En 1990, alors que je gagnais déjà un peu d’argent j’ai enfin pu atteindre mon objectif."

"Par le plus heureux des hasards, j'ai découvert à travers un article dans la presse ou un courrier l’association France Parrainages et leur dispositif de parrainage à l’international. C’est alors sans hésitation, que je me suis engagée dans cette merveilleuse aventure pour devenir marraine d’un enfant dans le monde."

"Un dossier m'a été présenté avec un nom, une photo, un visage : Anne-Marie, du Burkina Faso. Bien que je ne connaisse rien ou très peu de son pays, cela ne m’importait guère. Je voulais juste offrir à un enfant une chance d'aller à l’école. Et c’était elle, Anne-Marie qui est devenue ma filleule du bout du monde, une petite fille dont je devais prendre soin et qui devenait ma petite protégée." 

La rencontre de Myriam avec sa filleule après 10 ans de parrainage : une expérience inoubliable

"Après de nombreux échanges de photos, de courriers, quelques colis envoyés pour Noël, j'ai pris la décision d'aller la rencontrer dans son pays. C'était en l’an 2000, après dix années de parrainage, elle m'a annoncé qu'elle avait eu un bébé !"

"Emplie d'émotions, j'ai alors entrepris de m’envoler vers ce continent qui m’était inconnu, l’Afrique ! Je logeais alors dans un petit hôtel de Ouagadougou et j'avais prévu de la voir le lendemain. Fatiguée par le voyage, la chaleur, l’excitation, je prenais un moment pour me reposer dans ma chambre à imaginer ce qui m’attendait. Mais un appel téléphonique inattendu a bouleversé mes plans : c'était elle, ma filleule qui me proposait finalement de nous retrouver dans une demi-heure si j’étais d’accord. Je suis alors remontée dans ma chambre en larmes, submergée d'émotions. Toutes ces années, tous ces km qui nous séparaient, et voilà qu’en quelques minutes, les frontières s’effondraient pour laisser place à mon (et même notre) rêve de nous serrer enfin dans les bras. "

"Elle est arrivée avec son bébé sur le dos et son mari sur une mobylette. Je n’oublierai jamais ce que j’ai ressenti à cet instant !

"Le lendemain, elle m’a invitée chez elle, dans sa famille. Elle avait également invité des voisins avec qui nous avons partagé un repas qu’ils étaient en train de concocter dans leur cour, spécialement préparé pour nous et pour moi, « la marraine de France ». Mais quel honneur ! "

"Cette expérience, malgré la chaleur, le décalage horaire, la fatigue du voyage et l’intensité des émotions restera probablement un des repas des plus insolites et des plus savoureux que j’ai eu la chance de partager." 

"Suite à cela, elle a eu la délicatesse de me faire entrer dans sa chambre. Et quelle ne fut pas ma surprise d’y trouver les petits objets, les lettres que je lui avais envoyés. Voilà que je découvrais son environnement, sa famille, sa maison, le puits du village où ils allaient chercher l’eau. Sa vie quoi ! J’avais l’impression de vivre un conte éveillé dans lequel je me laissais glisser avec un immense bonheur. Je vous laisse imaginer ce que l’on peut ressentir..."  

Le parrainage à l'international, des bénéfices concrets pour les enfants vulnérables

"Lorsqu'on a la chance d'aller sur place, et de voir nos filleuls dans leur pays, on jauge l'importance et les enjeux de nos parrainages. S’immerger dans leur quotidien, leurs préoccupations, parfois si loin des nôtres nous permet de revoir nos “essentiels” ! Ces retrouvailles resteront un des plus beaux souvenirs de mon existence ! C’est dans ma “boîte à trésors” que je conserve les moments de cette rencontre inoubliable avec ma filleule du bout du monde ! "

"Au retour de ce voyage, j'ai encouragé les personnes autour de moi à parrainer à leur tour. Mes arguments ont sûrement été convaincants, puisque trois de mes amis ont également entamé cette belle aventure."

"Comme ma filleule m'avait dit qu'elle souhaitait poursuivre des études de couture, j'ai demandé la possibilité de continuer mon parrainage jusqu'à ce qu'elle puisse devenir autonome. C'était essentiel pour moi que ma filleule, devenue femme, accède à une certaine forme d'indépendance ! J'ai ainsi pu la parrainer 1 ou 2 ans de plus jusqu'à ce qu'elle obtienne son diplôme de couture. "

Parrainez un enfant dans le monde

Témoignages

Nina, marraine d’une petite fille au Vietnam, vous parle de son parrainage !

Découvrez en vidéo le témoignage de Nina, marraine d'une petite fille au Vietnam...


Belles histoires
Parrainer_une_fille_a_Madagascar_parrainer-fille-madagascar

Nadia, 18 ans, prise en charge à Madagascar : « je veux devenir cuisinière ! »

Découvrez la belle histoire de Nadia, jeune fille malgache déscolarisée...