Séverine, marraine au Mali, soutient un enfant et sa communauté

Séverine est marraine depuis presque deux ans du petit Grégoire. Grâce à ses nombreuses visites au Mali, un lien unique s'est construit entre la marraine et la famille de son petit protégé, qu'elle soutient régulièrement grâce au parrainage.

Parrainer un enfant pour lui apporter un peu plus de bonheur

"À force de travailler avec ce pays, j’ai développé l’envie d’être plus engagée auprès des enfants maliens"

"Je travaille pour une société d’informatique dont l’activité concerne l’éducation nationale en Afrique. A force de travailler avec le Mali, j'ai eu envie d'avoir un lien plus personnel avec lui, parce que c'est un pays auquel je me suis énormément attachée. J’ai développé l’envie d’être plus engagée auprès des enfants maliens, l'envie d'avoir un lien avec une famille et lui apporter un peu plus de bonheur."

"J’ai alors fait une recherche sur internet grâce à laquelle j’ai découvert plusieurs associations de parrainage. Je cherchais particulièrement à parrainer un enfant démuni au Mali. J’ai donc été convaincue par France Parrainages qui y mène des actions humanitaires et surtout grâce aux témoignages que j’ai lu. Ensuite, à partir du moment où j’ai effectué mon inscription via Internet, la mise en place du parrainage s’est faite très rapidement. J’ai reçu un appel pour confirmer ma demande de parrainage au Mali et très vite j’ai reçu le dossier de mon filleul Grégoire ! Cela fait maintenant presque deux ans que je le parraine, il a effectué sa deuxième rentrée en septembre dernier ! Il aura 7 ans au mois de juillet."

Les rencontres successives accélèrent la création d'un véritable lien d'affection

"Ils sont une partie de ma vie et je suis une partie de la leur, ils font partie de mon univers."

Parrainez un enfant au Mali"C’est un grand plaisir pour moi de parrainer Grégoire car je travaille au Mali régulièrement. Nous nous voyons donc assez souvent parce que j’ai l’occasion de me rendre à Ségou, où ils habitent. En presque deux ans, nous nous serons vus cinq fois ! Notre histoire est donc un peu différente des autres puisque nous sommes très proches sans échanger de lettres depuis plusieurs années. Nous nous sommes rencontrés dès le début du parrainage grâce à mes séjours réguliers à Bamako, et nous avons directement débuté une relation plus personnelle. Et puis certaines applications nous permettent de communiquer très régulièrement quand je ne suis pas sur place !"

"Pour l'instant nous nous sommes rencontrés quatre fois avec la famille de Grégoire. Toutes ces rencontres nous ont permis de nous sentir à l’aise les uns avec les autres, parce que la première fois que nous nous sommes vus grâce à la sœur Ana qui s'occupe des parrainages d'enfants sur place, tout le monde était intimidé ! J’ai d’abord rencontré le papa qui m’a aussitôt emmenée chez eux, à Ségou en ville, où nous avons pu nous présenter, faire des photos, jouer au ballon… Aujourd’hui, nous sommes proches et plus du tout intimidés lorsque nous nous voyons ! On se connait, tout le monde est heureux de se voir, c’est fantastique. Ils font partie de ma famille et je fais partie de la leur ! Un vrai lien affectif s’est créé, comme une famille."

Parrainer un enfant et sa communauté, c'est soutenir sa famille

"Pierre a même pu bénéficier des dons du parrainage de son frère : il peut aller au jardin d'enfants !"

Parrainez un enfant et sa communauté"Pierre est âgé de 5 ans et je le vois autant que Grégoire et sa famille. J’espère pouvoir le parrainer lorsqu’il aura l’âge de rentrer à l’école. C’est difficile d'être la marraine de Grégoire sans être la marraine de Pierre alors que je les vois tous les deux autant ! Toute la famille m’appelle « marraine ». Mais Pierre a tout de même pu bénéficier des dons du parrainage de son frère : il peut aller au jardin d’enfants !"

"Depuis le début du parrainage, dans la vie quotidienne de la famille, ce sont de petites choses qui changent. Par exemple, la moto du père s’est cassée suite à un accident, et elle a pu être réparée. Sans moto, la vie là-bas serait très compliquée, notamment pour faire les courses. Une évolution plus frappante est aussi le fait que Grégoire puisse aller à l’école et bien apprendre ses leçons, grâce au parrainage à l'international. Il parle de mieux en mieux français et essaye même de l’apprendre à sa maman !"

"À force de travailler en Afrique et pour l’éducation nationale, j’ai pris conscience que l’avenir des enfants africains est entre leurs mains : il faut absolument les aider à se scolariser. Parrainer un enfant, c’est l’aider à aller à l’école, à apprendre sur place, pour qu’il participe ensuite à l’évolution de son pays. C’est très important. La famille de Grégoire n’est pas malheureuse, au contraire ! Ils sont très modestes, leur vie n'est pas toujours facile, mais ils sont très heureux, ils sourient tout le temps, ils vont très bien ! C’est ma passion pour les enfants et pour le Mali qui m’a motivée à parrainer. Nous devons les aider, même avec le peu qu’on leur apporte, parce que beaucoup d’enfants ne sont toujours pas scolarisés."

Je parraine un enfant et sa communauté


Belles histoires
parrainez_une_fille_en_Inde_rentree-scolaire-parrainage-international

Renu, orpheline indienne sauvée par le parrainage international

Découvrez l'histoire de Renu, petite orpheline indienne qui peut aujourd'hui...