Maman de Justine, parrainée à Rennes

Justine est parrainée depuis quelques mois par Annie à Rennes. À travers cet interview, sa maman nous raconte sa démarche.

Comment vous est venue l’idée de faire parrainer Justine ?

Il y a un an et demi, j’ai regardé un reportage qui parlait de l’association France Parrainages. Je suis une maman seule et voir ce reportage m’a confortée dans l’idée que quelqu’un peut apporter un autre univers à ma fille, Justine. Nous ne sommes pas une grande famille, donc je me suis dit que ça pouvait être l’occasion que Justine sorte du cadre familial. J’ai contacté l’association, les premières rencontres se sont faites et, six mois après, Justine était parrainée par Annie.

Comment s’est passée la rencontre ?

Au tout début, on s’est vues toutes les 3, à trois semaines d’intervalle. On se baladait et on discutait pour apprendre à se connaître. Ça me permettait aussi de me rassurer. Je lui disais mon importance pour la politesse et le respect que devait avoir Justine. Et puis ensuite Justine et Annie se sont vues seulement toutes les deux. Annie impose ses règles très naturellement avec Justine, qui les accepte. Je pense que pour grandir et s’épanouir, un enfant a besoin d’un regard attentif et bienveillant. Le parrainage apporte ce regard-là. Comme nous n’avons pas de famille ici, c’est autour qu’il faut piocher ! Justine la voit une fois par mois et cela convient comme ça. Je sais que je peux compter sur Annie… On s’est connues par le biais du parrainage, mais on se serait appréciées dans un autre cadre.

Comment décririez-vous votre relation avec la marraine de Justine ?

En tant que maman, je dirais que notre relation s’est faite relativement facilement. Annie a son vécu, la sagesse de l’âge qui lui donne un côté apaisant pour moi. Annie apporte un autre regard et moins de pression à Justine. C’est plus axé sur le plaisir.
Quand on a des questions, on appelle l’association qui nous guide. Par exemple, pendant un moment, Justine ne voulait plus dormir chez Annie. Sur les conseils de l’association, on est allé à son rythme et petit à petit, elle est retournée dormir chez Annie.

Qu’est-ce que le parrainage a changé dans votre quotidien ?

Le quotidien à la maison peut parfois être très prenant, donc ça permet à Justine de connaître autre chose, de prendre plaisir tout en ayant des règles qui sont essentielles dans le parrainage. Ça permet le respect de chacun. Annie fait pratiquement partie de la famille. Par exemple, pendant les périodes de fêtes de fin d’année, j’ai trouvé génial que Justine souhaite inviter Annie à manger. Elle fait partie de notre cocon, de notre univers et c’est une chance. Le parrainage et les rencontres collectives à l’association permettent des bulles de repos et de bien-être pour toutes les deux. Je discute avec d’autres parents, parrains, et Justine s’est fait de nouveaux copains.

Quel message donneriez-vous à des parents qui ne connaissent pas encore cette forme d’entraide ?

Je dirais qu’il y a un cadre bien établi : une responsable, une psychologue et des bénévoles sensibilisés à l’accompagnement des parrainages. La rencontre avec le parrain n’est pas faite n’importe comment, c’est recherché et encadré. Je trouve ça important et rassurant. Le parrainage est un quelque sorte une aire de repos. Quand Justine n’est pas là, je ne fais rien de spécial, mais ça me permet de souffler, de lâcher le stress quotidien que l’on peut ressentir en tant que parent. Le parrainage de cœur est le plus pour apporter un autre regard bienveillant sur l’enfant.

Et toi Justine, qu’est-ce que tu dirais du parrainage ?

C’est bien ! Je suis très heureuse et trop fière de voir Annie. On fait de grandes balades, on donne à manger aux oiseaux et on regarde des films ensemble… Je suis très contente que maman ait trouvé l’association. D’ailleurs, à chaque fois je reviens avec un bouquet de fleurs pour elle…
 

Découvrir d'autres témoignages >

Témoignages
ramatou-jeune-migrante-parrainee

Le témoignage de Ramatou, jeune migrante parrainée

Découvrez le témoignage de Ramatou, jeune migrante originaire du Mali,...


Belles histoires
jeune-migrant-parraine-france

Le parcours d'Ali, jeune migrant parrainé : de la guerre en Afghanistan à l'université

Ali, jeune migrant parrainé en France a fui l’Afghanistan à l'âge...