« Ali semble heureux avec nous, et ça nous rend heureux également » : Anne-Lise et Nurul parlent de leur filleul

Depuis deux ans, Anne-Lise et son mari Nurul sont les parrains de cœur d'Ali, un jeune migrant pakistanais qui a fui son pays en 2017 pour venir en France. Obligé de dormir dans la rue à son arrivée sur le territoire, avant d’être placé dans un foyer du XVIIIe arrondissement de Paris, Ali avait besoin d’un soutien affectif et de repères stables pour s’épanouir. Très heureux d’offrir un environnement familial à un jeune et de l’aider à construire son projet de vie, le couple de parrains nous explique les raisons de son engagement et son ressenti sur cette relation harmonieuse avec Ali, rendu possible grâce au parrainage de proximité.

Parrainer un jeune migrant isolé et lui apporter des repères stables 

Aider un mineur isolé en France"Je suis professeure de français auprès d’adultes étrangers. J’enseigne aussi le yoga, mes collègues voulaient que je leur donne des cours. J’ai accepté à condition que l’argent que j’y gagne soit destiné à une bonne cause. Mon choix s’est porté sur France Parrainages, une association d’aide à l’enfance qui a développé un programme en faveur des jeunes migrants isolés. Au mois de février 2019, Nurul et moi sommes allés à une réunion d’information. Trois adolescents africains racontaient comment ils avaient survécu à l’enfer de l’exode. Ils étaient heureux et pleins d’énergie. Ils s’estimaient chanceux d’avoir trouvé des familles désireuses de les recevoir de temps à autre chez elles. L’idée de me lancer dans l’aventure m’a titillée."

« Ce qui m’a frappé, c’est la simplicité du dispositif… »

"Après avoir contacté l’association pour lui faire part de notre projet, nous avons été conviés à deux entretiens pour nous rappeler notre mission : apporter un soutien affectif à notre filleul, l’accompagner dans sa scolarité ou dans sa recherche d’emploi, et l’aider à maîtriser la langue française."

Une relation de parrainage basée sur la confiance, l’écoute et les conseils

« Ali nous appelle sa « deuxième famille ». Je crois que nous étions faits pour nous rencontrer » 

"La première fois que nous nous sommes vus, Ali nous a parlé de ses quatre frères et sœurs, restés dans la région du cachemire et, surtout, de sa mère décédée peu de temps après son départ. On le sentait terriblement affectée. Nous lui avons dit qu’il était libre d’aborder tous les sujets avec nous."

Parrainer un jeune migrant en France"Nous avons ensuite continué à nous voir tous les quinze jours. Au mois de novembre, il est venu chez nous, à Sartrouville. Puis quasiment tous les weekends, jusqu’au début de la crise sanitaire. Nous avons dû suspendre les visites, mais nous échangeons sur WhatsApp. Ali adore nous montrer des photos de sa famille et prendre des selfies avec nous. Nous parlons beaucoup de sport, notamment de cricket, sport très populaire au Pakistan et au Bangladesh."

"Comme il prépare un CAP de serveur, il nous parle aussi de ses notes et de son travail. J’essaie de le convaincre de poursuivre en bac pro et d’épargner en prévision du jour où il volera de ses propres ailes. Ali met de la vie dans notre foyer. Lui nous appelle sa « deuxième famille ». Je crois que nous étions faits pour nous rencontrer. J’aimerais maintenant l’emmener en vacances avec nous dans notre camping-car. Cette expérience dope tellement mon énergie que j’envisage de suivre des enfants défavorisés dans leur scolarité."

Parrainer un jeune isolé en France       Faire un don à l'association

Témoignages

Refus de l’échec scolaire : Loïc, 16 ans, parle du soutien de ses parrains de cœur

Découvrez comment le parrainage de proximité a permis à Loïc, 16 ans,...


Belles histoires

Angélique, marraine de cœur de Léa en France : « Le parrainage apporte à Léa un temps pour elle »

Découvrez le témoignage d’Angélique marraine de Léa depuis plus d’un...