Le parrainage de proximité « peine à se faire une place dans les politiques publiques »

Les deux dirigeants de l’association France parrainage, Francis Canterini et Jean-Marc Brunet, appellent dans une tribune au « Monde » à une augmentation substantielle des financements publics de cette forme d’aide à l’enfance.

Explosion des schémas familiaux classiques, multiplication inédite du nombre de familles monoparentales (2,5 millions en France ), forte corrélation entre placement en foyer et grande précarité (1 sans domicile fixe sur 4 est un ancien enfant placé ) : il n’a jamais été aussi urgent de donner des repères aux enfants, de les accompagner, de les guider vers un meilleur avenir. 

En complément de l’immense travail réalisé par les services de la Protection de l’Enfance, le parrainage de proximité apparait comme une réponse légitime et efficace. L’idée toute simple d’offrir à un enfant en situation de vulnérabilité la possibilité d’être accompagné par une famille bénévole, s’impose d’elle-même. Des centaines de milliers d’enfants auraient besoin de cette chance…

Le parrainage de proximité, l’égalité des chances basée sur l’engagement citoyen des français

Le parrainage est une action qui revêt des formes différentes selon les publics qu’elle concerne. On distingue, le parrainage de proximité mis en œuvre comme forme de solidarité au bénéfice des enfants notamment en difficulté et le parrainage de jeunes vers l’autonomie, un accompagnement vers l’insertion socio- professionnelle. A travers ces formes de parrainages, les associations mettent en mouvement des personnes de la société civile et favorisent ainsi le tissage de liens sociaux, basés sur la réciprocité, la responsabilité et la solidarité. En partageant bénévolement du temps, de la place, des moments de complicité, un réseau amical et familial, les parrains et marraines engagés dans un projet de parrainage exercent pleinement une solidarité de proximité. Adapté aux jeunes enfants, aux adolescents en manque de repères, aux mineurs migrants pris en charge par notre pays, aux jeunes éloignés de l’emploi, le parrainage a fait ses preuves. 

Mais le parrainage de proximité ne repose pas seulement sur le bénévolat. Pour sélectionner les parrains, les accompagner et les orienter, il est fondamental qu’ils soient guidés par des professionnels de l’action sociale et de l’enfance. Ce sont ces professionnels qui permettent un accompagnement encadré et sécurisé pour l’enfant. Si le caractère bénévole du parrainage le rend peu coûteux, il y a un réel besoin de financements pour assurer un suivi et pérenniser la relation entre le parrain et l’enfant et accroître le nombre de bénéficiaires. 

Parce qu’ils vivent dans des conditions matérielles et/ou affectives très difficiles, 323 560 familles font l’objet d’une mesure d’aide sociale à l’enfance et 55 000 enfants et adolescents sont placés en établissement en France . Au sein de notre Réseau associatif, ils représentent plus de 65% des enfants et adolescents parrainés. Le parrainage n’a pas vocation à se substituer aux dispositifs institutionnels de prise en charge des enfants et des familles, c’est un outil de prévention de l’isolement familial et social, de lutte contre les inégalités et les discriminations, qui contribue au bon développement des enfants, adolescents et jeunes en devenir.
 
Les études sur l’impact social du parrainage démontrent que cette relation extérieure à la famille agit de façon positive sur l’enfant/le jeune: le parrainage accroît le capital confiance (69% des enfants parrainés jugent que le parrainage leur a apporté un appui dans les moments difficiles ), le capital intellectuel (60% des enfants parrainés ont de meilleurs résultats scolaires ), le capital professionnel (61% des enfants parrainés et placés ont un emploi vs 20% des enfants placés non parrainés), le capital social et culturel (95% des enfants parrainés pratiquent de nouvelles activités ). Tous les indicateurs sont positifs et il n’y a plus qu’à…

Pourtant ce dispositif peine encore à se faire une place dans l’élaboration des politiques publiques et ce malgré des initiatives de « portage politique » comme la création du collectif Tous parrains ! qui doit hisser haut l’étendard du parrainage de proximité.

Soucieux que les politiques publiques s’adaptent aux réalités que connaissent les familles et les jeunes en situation de vulnérabilité, le Réseau France Parrainages demande la reconnaissance du parrainage de proximité et son inscription systématique dans les schémas départementaux enfance et famille. Actuellement, le budget alloué au financement du parrainage de proximité est estimé à 0,01% du budget annuel de l’Aide Sociale à l’Enfance. Il est urgent d’augmenter les financements publics afin de permettre un véritable développement du parrainage de proximité en France. Des pays avant nous ont fait ce pari et s’en félicitent aujourd’hui.

81 % des Français demandent à ce que le parrainage d’enfants en France soit développé et financé par les pouvoirs publics  et 39% se déclarent prêts à s’engager dans le parrainage de proximité . 

À l’heure du renouveau politique dans notre pays, notre association, comme d’autres, réclame un geste fort et des moyens conséquents pour la jeunesse fragilisée

Découvrir d'autres articles >