L'incroyable aventure humaine de Daniel et Amalie

En 1981, Daniel et sa femme décident de parrainer une petite indienne, Amalie, 12 ans. A l’époque, ils n’avaient pas idée de la merveilleuse aventure qu'ils allaient vivre. Une aventure qu'ils nous ont tous les deux expliquée et qu'ils ont souhaité partager avec vous.

Le parrainage, un accompagnement vers l’insertion socio-professionnelle

« Un jour quelqu’un m’a dit que ce n’était qu’une goutte d’eau dans l’océan, je lui ai répondu "oui, mais cette goutte d’eau a un visage, un nom et un cœur »

Amalie (au centre), alors âgée de 17 ans et parrainée par Daniel en Inde

« Avec mon épouse Claude, nous avons parrainé Amalie de ses 12 ans à sa majorité. Et nous l’accompagnons encore aujourd’hui, depuis 37 ans. Amalie était scolarisée, à l’époque, dans la ville de Tindivanam, dans l’état du Tamil Nadu. Elle a ensuite poursuivi des études d'institutrice. Nous avons joué un rôle important dans son parcours professionnel et sa formation d’institutrice. Pour vous donner un exemple, lorsqu'un petit bout de colline avait brûlé sur notre terrain à cause d’un incendie et que l’assurance nous avait remboursé une somme assez conséquente de 20 000 francs, nous lui avions tout envoyé pour qu’elle puisse financer sa formation d’institutrice.

Je suis fier d’elle, de son parcours, elle est très sérieuse, elle travaille et elle fait vivre toute sa famille. Elle a un cœur en or, elle est géniale ! Un jour quelqu’un m’a dit que ce n’était qu’une goutte d’eau dans l’océan, je lui ai répondu « oui, mais cette goutte d’eau a un visage, un nom et un cœur. » Témoignage de Daniel.

Le parrainage, une aide indispensable pour les enfants défavorisés

« Mon parrain m’a offert l’enfance que je n’ai jamais eue, il a toujours essayé de me rendre heureuse. »

Amalie (à droite) en compagnie de son parrain Daniel et de sa marraine, lors d'une visite en Inde

« Je m’appelle Amalie, je viens de Pondichéry en Inde. Quand j’étais petite, Daniel, que j’appelle aujourd’hui « daddy », m’a aidée grâce au parrainage. Mon père travaillait dans les champs de coton, et lorsqu'il a perdu son travail, c’était très difficile pour nous de survivre. Heureusement, Daniel était là pour m’aider à finir mes études. En 1990, la responsable du centre de parrainage avait reçu une lettre expliquant que mon parrain allait me rendre visite prochainement. Celle-ci m’avait alors dit de l’emmener voir ma famille au sein de notre foyer. Il avait alors vu les conditions difficiles dans lesquelles nous vivions. Suite à sa visite, il m’avait demandé comment il pouvait m’aider, et je lui avais fait part de mon souhait de finir mes études. Grâce au soutien de mon parrain, j’ai aussi pu aider ma famille. Je n’ai jamais eu d’aussi beaux moments que lorsque mon parrain venait me voir en Inde. Je pense vraiment que j’ai été très chanceuse de le rencontrer.

Amalie, aujourd'hui institutrice, donne un cours à ses élèves en Inde

Daniel a une place très spéciale dans ma vie, s’il n’était pas là je ne serais pas devenue institutrice aujourd’hui. Je ne sais vraiment pas ce que j’aurais fait de ma vie. Il m’a en quelque sorte donné la vie… Je n’avais aucune perspective d’avenir avant que mon parrain arrive dans ma vie. Au départ, je ne pensais pas qu’il m’aiderait continuellement jusqu’à encore aujourd’hui. Avec son soutien, je suis devenue institutrice et je m’amuse énormément avec les enfants, je fais tout ce que je peux pour eux. Maintenant que j’ai un travail, je soutiens à mon tour ma sœur dans ses études et je prends soin de ma famille. Daniel, c’est mon « daddy », nous sommes très proches, c’est comme une famille. » Témoignage d'Amalie.

Un lien fort tissé au fil des lettres et des rencontres

«  En 37 ans de relation, nous ne sommes jamais restés plus d’un ou deux mois sans échanger de nouvelles ! »

« Tout au long de sa scolarité, Amalie nous a donné régulièrement des nouvelles. En 1990, j’ai eu la chance de pouvoir me rendre dans son ancienne école à Tindivanam, où elle revenait pour l’occasion. C’était notre première rencontre, un vrai moment de bonheur ! En allant sur place, j’ai pu moi-même constater lors de mes séjours que les sommes envoyées était très bien utilisées par les responsables sur place et surtout que les frais de fonctionnement étaient minimes.

Amalie lors de sa visite en France en mai dernier, en compagnie de son parrain Daniel et de ses amis

Même après la fin officielle de son parrainage, nous avons continué à lui envoyer des lettres et à correspondre avec elle durant plus de 30 ans.  Nous avons également continué à lui envoyer de l’argent durant les années qui ont suivi. Durant toutes ces années, nous avons surtout gardé contact via des lettres ou des mails. Nous avons privilégié les correspondances écrites, plus faciles à traduire. En 37 ans de relation, nous ne nous sommes jamais quittés. J’ai une montagne de lettres que je garde précieusement et elle aussi. Nous ne sommes jamais restés plus d’un ou deux mois sans échanger de nouvelles. On se parle de tout ce qu’elle fait, de la vie des uns et des autres et nous échangeons des informations sur nos pays respectifs. 

Comme ma femme a aujourd’hui des problèmes de santé, nous nous sommes dit que notre dernière chance pour la voir était de la faire venir à nous. Nous lui avons donc payé le voyage pour venir en France, car avec son salaire elle n’aurait jamais pu se le permettre. Nous lui avons ensuite fait voir du pays entre Rognes, Marseille, Avignon et l’Italie durant deux jours, c’était super ! Celle-ci quittait l’Inde pour la première fois. » Témoignage de Daniel.

Découvrez d'autres témoignages de parrains et marraines.

Tout comme Daniel, vous aussi vous pouvez parrainer un enfant à l'international et vivre une belle aventure qui changera sa vie et la vôtre ! 


Belles histoires
Leonie_jeune_fille_parrainee_devenue_autonome_jeune-fille-parrainee-devenue-autonome

Léonie, abandonnée par son père, est aujourd'hui autonome

Découvrez l'émouvante histoire de Léonie, jeune orpheline malgache,...