Rayan, un filleul pas comme les autres

Cela fait bientôt 7 ans que Lisa et Thierry parrainent Rayan, 11 ans. Pour la première fois, la famille de cœur s'est confiée sur cette rencontre qui a bousculé leur vie à tous.
©One Heart

Rayan et ses parrains : une relation de partage

« Parfois, on joue tous les quatre avec mes parents et d'autres fois on va au cinéma ou au théâtre ensemble, on fait des sorties quoi. » Georges, 13 ans, fils de Thierry et Lisa

« Au début, j'étais petit, c'est-à-dire que je ne disais pas que Georges c'était un peu comme mon frère, je disais que c'était une personne, un ami, une sorte de meilleur ami aussi. J'allais chez lui, on faisait des activités ensemble, mais en fait je n'ai eu à l'expliquer à personne, ce sont eux qui comprenaient directement. Je sais que ça m'apporte quelque chose, j'ai toujours eu du mal à expliquer ce qu'était le parrainage. On aime bien jouer aux jeux vidéos, souvent on joue à deux et parfois on joue sur les ordinateurs.» 

Donner du temps à un enfant pour l'aider à grandir

« Depuis maintenant presque 7 ans, on aussi un filleul qui s'appelle Rayan et qui partage notre vie de famille de façon très régulière.»

« Il y avait de la place pour nous à ce qu'il y ait un autre enfant qui vienne et qui s'associe à nos sorties, qui puisse partager et avec qui Georges, notre garçon, pouvait partager. C'était à la fois pour s'engager et à la fois pour qu'on partage avec une personne en plus, un enfant pour les moments de loisirs. Assez vite, au bout de quelques mois de parrainage, comme moi je m'étais quasiment rendue disponible les mercredis, on a proposé de prendre Rayan le mardi soir et qu'il passe le mercredi avec nous. Et puis Georges avait une activité et donc on a proposé que Ryan puisse faire un atelier d'éveil musical. Finalement c'est venu comme ça et puis Rayan a choisi de faire de la flûte à bec puis de la flûte traversière. »

« C'est vraiment une envie en fait. Il y a beaucoup de gens à qui j'en parle qui ne connaissent pas forcément le parrainage de proximité et quand j'explique ce que c'est, ça paraît tellement simple, c'est la simplicité. On n'est pas dans l'adoption, on est dans un engagement simple, c'est-à-dire qu'il faut juste donner du temps, donc il n'y a pas plus simple. C'est juste une envie de créer un lien, de donner du temps et puis parfois on peut partir comme nous sur l'idée que ça va être un week-end sur deux et puis c'est tellement agréable qu'on lui donne plus de temps. »

Vous souhaitez en savoir plus sur l'histoire de Rayan ? Découvrez le témoignage de Djeneba, maman solo du petit garçon, qui s'est confiée sur ce que lui apportait le parrainage de proximité.

Témoignages
course_des_heros_temoignage-laurence-course-des-heros

La Course des Héros, une journée inoubliable !

Pour Laurence, marraine de proximité, la Course des Héros est l'occasion...


Belles histoires
jeune-migrant-parraine-france

Le parcours d'Ali, jeune migrant parrainé : de la guerre en Afghanistan à l'université

Ali, jeune migrant parrainé en France a fui l’Afghanistan à l'âge...